News
>> Vous êtes ici - News - Coup de coeur

Coup de coeur

Les coups de cœur de la bibliothèque de Grimisuat, évoqués dans le Groupe de Lecture

Je vais mieux, de David Foenkinos, Gallimard 2012

Un architecte, la quarantaine juste passée, voit sa vie basculer en quelques jours. Çela commence par une douleur dans le dos. Les heures passent et la souffrance devient aiguë, presque insupportable. Notre homme – le narrateur- consulte alors différents spécialistes… Mais rien de physique ne semble expliquer cette douleur… Et si l'apparition de cette étrange maladie révélait autre chose ? Peut-être faut-il dénouer les nœuds de sa vie pour dénouer son dos ? Jour après jour, nous suivons cet homme, bouleversé par sa souffrance physique et par les événements qui s’enchaînent (malgré lui ou grâce à lui ?) dans sa vie privée et professionnelle. Rien de tragique cependant dans ce roman, parfois un peu longuet, mais rythmé par les rencontres singulières (et drôles) que fait notre « patient » et par les têtes de chapitres, où il note l’intensité de sa douleur de 1 à 10 et nous transmet son état d’esprit du moment (désespéré, nostalgique, testamentaire…).

La tempête des heures, de Anne Cunéo, B. Campiche 2013

Anne Cunéo situe son intrigue au printemps 1940 à Zürich dans les coulisses du Schauspielhaus.

Ella, 20 ans, a fui la Pologne où toute sa famille, des artistes, ont été arrêtés par les nazis. Après bien des péripéties, elle trouve refuge auprès d’un ami de son père, metteur en scène au Schauspielhaus. Elle y sera accueillie comme beaucoup d’artistes juifs ou allemands communistes. Tout sera mis en œuvre pour éviter son expulsion, jusqu’à un mariage blanc qui deviendra un mariage d’amour.

Le théâtre, ruche bouillonnante, met sur pied «  Faust II » de Goethe et très vite Ella y trouvera sa place comme assistante indispensable au bon déroulement des répétitions.

En mêlant faits historiques, personnages réels et fiction, Anne Cunéo retrace à merveille l’ambiance de cette «  tempête des heures »  provoquée non seulement par l’échéance d’une première mais aussi par l’inquiétude, la peur d’une possible invasion de la Suisse.

Mon père est femme de ménage, de Saphia Azzeddine, L. Scheer 2009

Paul, 14 ans, raconte sa relation au père qu’il méprise parce qu’il n’est que…. technicien de surfaces ! Mais peu à peu, il va l’aimer, ce père…

Cette histoire est racontée dans une atmosphère tristounette (pauvreté et vie de banlieue où se côtoient différentes ethnies), exprimée aussi par le style de l’écriture où la beauté d’un vocabulaire choisi n’est pas de mise. Mais cette histoire est aussi la quête de Paul à la recherche de mots, ces mots qui le sauveront de sa condition de pauvre.

 

Imprimer le contenu de cette page
Bibliothèque communale de Grimisuat 1971 Grimisuat
extranet - Plan du site